Vallée de l'aisne
   
www.vallee-de-l-aisne.com
  Poster un message  Liste des communes  Contact 
  Vallée de l'aisne
  Aisne
  Oise
  Somme
 
 
 
 
Google

 

Rue du "Réseau Vérité Francaise"

Rue du "Réseau Vérité Francaise" SOISSONS
Guerre 39-45
Pourquoi un tel nom pour une rue? L'explication se trouve gravée sur le monument aux morts près de la cathédrale. Parmi tous "Les Morts pour la France" figurent les noms des membres du réseau "Vérité Française" affilié à celui de Paris (qui était lui-même rattaché au réseau "Musée de l'Homme" ou "Boris Vildé").

Ces réseaux se mirent en place de juin à août 1940. (Résistants de la Première Heure)

Des structures pour aider et cacher les évadés sont mises en place (faux papiers, fausses cartes d'alimentation, filières pour Londres etc...)

Hélas, les résistants furent trahis. Un jeune homme, belge de dix huit ans, Jacques D. contacta Daniel Douay. Il se disait traqué (en réalité, il oeuvrait pour la Gestapo) et poursuivit.

Pour le mettre à l'abri, il devint secrétaire du Comte de Launoy à Paris (réseau chapeautant celui de Soissons)

Là, il réussit à trouver tous les renseignements voulus.

Le 25 novembre 1941, la Gestapo organisa des rafles à Paris, Blois et Soissons.

Les résistants seront incarcérés à Fresnes. Torturés, ils ne parleront pas.

Le 15 avril 1942, s'ouvre le premier procès d'un réseau de résistance.

Le verdict tombe : Condamnation à Mort!.

Le 23 octobre 1942, le commandant Coqueugniot, le Comte de Launay, Pierre Stumm de Paris. Daniel Douay, Jean Vogel, Emile Louys sont fusillés à la caserne Balard.

Le 05/12/1942 dans la forteresse de Brandenburg, le capitaine Descamps est décapité ainsi que monsieur Maurice Moreau en 1943.

Les autres patriotes soissonnais périront en camp de concentration : Messieurs Aimé Dufour, Gilbert Jordana, Eugène Delhaye, André Meurghe, Ludovic Pluche et louis Leseigneur.

La ville de Soissons a voulu honorer ce réseau en baptisant une rue de son nom.
 

Rue du "Réseau Vérité Francaise"
 0.007205